Mais qui suis-je vraiment?

 Ce que nous sommes, ou pensons être, constitue notre référence de base dans la vie.
Mais comment nous définissons-nous à nos propres yeux ? Suis-je un nom, une nationalité, un statut, un métier, des valeurs, des sentiments, une éducation, un savoir? Tous ces points suffisent-ils à me définir

Ce que je suis, c’est à la fois ce que je fais, ce que je sens, ce que je sais et également ce que les autres voient en moi. D’ailleurs ce dernier point souvent dérangeant voir perturbant, va avoir un impact plus ou moins important sur qui je suis.  Ainsi, la société dans laquelle nous vivons nous impose des images et des contraintes extérieures de conformité : «  Pour être bien, je dois être comme-ci ou comme ça, ressembler à telle ou telle personne qui s’érige en référence, à telle image véhiculée par la mode. Et ces images sont variables selon les époques : par ex, au XIX ème siècle, il était de bon ton d’avoir la peau très blanche…de nos jours, un teint bronzé sent bon le dynamisme et la vigueur…..

 A quelle question répondriez vous  facilement ?  Est-ce à

-       « Quelle image voulez vous que l’on ait de vous ? »,

-       ou bien « Qu’est ce que l’on pense de vous »

-       ou à « Qui êtes vous vraiment » ?

 Chacun de nous ne se construit-il pas selon le processus éducatif et les valeurs qu’il reçoit dès sa plus jeune enfance ? Les personnes les plus proches qui sont aussi les plus influentes dans notre vie, nous apportent toutes sortes de références, de fonctionnements que nous portons en nous et avec lesquels nous vivons.  Par la suite, même si nous choisissons de les accepter ou de les rejeter, il n’en reste pas moins que tout cela fait partie intégrante des fondations sur lesquelles nous nous construisons.

 La plupart du temps, les autres nous définissent plus par notre appartenance (famille, religion, métier, ….) que par notre identité (capacités, talents, dons, …) Cela vient souvent du fait que nous même avons des difficultés à « être » selon notre propre identité.

 Comment  faire le tri entre ce qui est vraiment nous et ce que nous avons accepté et acceptons d’être pour les autres ?  En prenant le temps de parcourir d’où l’on vient, ce que l’on a vécu et reçu, ce que l’on a ressenti, en comprenant les fonctionnements de vie que l’on a mis en place, en acceptant sa propre part de responsabilité, pour ensuite pouvoir être soi et comprendre le sens de sa vie.

C’est un cheminement pas évident, mais passionnant et transformant. C’est  prendre un rendez-vous avec soi même.

 Pourquoi devrions-nous tous faire ce cheminement ?

- 1 - D’abord, pour exister vraiment et non pas seulement selon un standard imposé par l'environnement: "il faut que" -  "ce que les autres attendent de moi" -  ou "comme je devrais selon tel ou tel critère que j’aurais défini".

 - 2 - Par ce que, plus nous savons qui nous sommes, et plus nous sommes authentique et légitime dans ce que nous montrons, faisons, disons, et donnons. Nous n’avons alors plus besoin de porter des masques.

- 3 - Parce que cette authenticité et légitimité, c’est ce qui donne la force et la solidité au Je lorsque nous disons : « Je suis…, je veux…, je peux… ».

- 4 Parce que se connaître, c’est mesurer pleinement que nous sommes uniques, que nous avons de la valeur, que notre vie à un sens parce que nous sommes précieux, importants, et que nous avons une place spécifique ici et ailleurs. 

Se connaître c’est se référer à qui je suis et à ce que je suis pour mon créateur. Se connaître permet de se positionner et de prendre position.

 Alors si vous vous posez la question « Mais qui suis-je vraiment ? » ou que vous avez la sensation de ne pas être heureux (se) dans votre vie, je vous encourage à prendre ce merveilleux rendez-vous avec vous-même.

                                                                                                         Lydia

                                                                                             De l’équipe fondatrice d’ACBDI

 


Retour

  • General (3)
  • Revue de presse (0)
  • Vie de l'assocation (0)
Relations humaines
Bibliographie